SUPER GUEPARD - Aéroservice

ULM 3 axes - Ecole et tourisme
Immatriculé : F-JXOE

Puissance : 100 CV
Vitesse de croisière : 170 km/h
Consommation horaire : 15 litres
Masse à vide : 292 Kg

Equipement :
- VHF aéronautique 833Khz double veille
- Transpondeur mode S
- GPS Garmin 296
- Parachute pyrotechnique

 

 

                          

Qu'est-ce qu'un ULM

Le terme d'ULM s'emploie pour désigner un ''Ultra Léger Motorisé''.

Un ULM est un ''aéronef'' ayant des caractéristiques particulières. C'est au maximum un appareil biplace, faiblement motorisé, ne pouvant emporter qu'un seul passager en plus du pilote.
L'arrêté du 28 octobre 2010 entrant en vigueur le 16 février 2011, publié au JORF le 16 novembre 2010 fait désormais référence uniquement à la puissance maximale, modifiant en cela l'arrêté du 23 septembre 1998 relatif aux aéronefs ultralégers, ce dernier ayant été précédemment modifié, par l'arrêté du 4 mars 2004 publié au Journal Officiel le 24 mars 2004 qui portait définition des 5 classes d'aéronefs Ultra-léger motorisés :

Classe 1 (dite paramoteur)
Un ULM paramoteur est un aéronef sustenté par une voilure souple, de type parachute (appelée "aile"). Il répond aux conditions techniques suivantes:
- la puissance maximale est inférieure ou égale à 60 kW pour un monoplace et à 75 kW pour un biplace;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplaces.
Classe 2 (dite pendulaire)
Un ULM pendulaire est un aéronef sustenté par une voilure rigide, sous laquelle est généralement accroché un chariot motorisé.
Classe 3 (dite multiaxe)
Un ULM multiaxe est un aéronef sustenté par une voilure fixe. Il ressemble à un petit avion.
Un ULM de classe 2 ou de classe 3 répond aux conditions technique suivantes:
- la puissance maximale est inférieure ou égale à 60 kW pour un monoplace et à 75 kW pour un biplace;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplaces, ces masses peuvent être augmentées de 5% dans le cas où l'ULM est équipé d'un parachute de secours, ou de 10% dans le cas d'un ULM à flotteurs. Le parachute et son installation répondent à des conditions techniques fixée par le ministre chargé de l'aviation civile;
- la vitesse de décrochage ou la vitesse constante minimale de vol en configuration d'atterrissage (VSO) ne dépasse pas 35 kt (65 km/h) en vitesse conventionnelle (V).
Classe 4 (dite autogire ultaléger)
Un autogire ultraléger répond aux conditions techniques suivantes:
- la puissance maximale est inferieure ou égale à 75 kW pour un monoplace et à 90 kW pour un biplace;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplaces, ces masses peuvent être augmentées de 5% dans le cas d'un autogire équipé d'un parachute de secours;
- la charge rotorique à la masse maximale est comprise entre 4,5 et 12 kg au m2.
Classe 5 (dite aérostat dirigeable ultaléger)
Un aérostat dirigeable ultraléger répond aux conditions techniques suivantes:
- la puissance maximale est inférieure à 75 kW pour un monoplace ou à 90 kW pour un biplace (pour un multimoteur, ces valeurs sont les puissances cumulées) ;
- le volume de l'enveloppe d'hélium est inférieure ou égale à 900 m3;
- le volume de l'enveloppe d'air chaud est inférieure ou égale à 2.000 m3.
Classe 6 (dite hélicoptère ultaléger)
L'étude sur la mise en place d’une réglementation relative à la création d’une classe 6 «ULM Hélico»
vient d'aboutir à la publication, le 29 février 2012, de l'arrêté modificatif du 21 février 2012 créant la "classe 6 - ULM Hélico"
Selon le site de la FFPLUM (www.ffplum.com) la règlementation de la Classe 6 est strictement identique à celle des cinq autres classes. Il est possible de s'y référer, tant pour la formation, les licences que pour les principes de navigabilité, hormis les définitions et les caractéristiques techniques propres à la machine.

Sous-classes 1A, 2A et 3A aux classes 1, 2 et 3 (dites à motorisation auxiliaire)
Les ULM à motorisation auxiliaire répondent aux conditions techniques suivantes:
- le nombre de places est égal à un;
- la puissance maximale est inférieure ou égale à 30 kW;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 170 kg;
- la charge alaire à la masse maximale est inférieure à 30 kg/m2.

A l'Aéroclub du Quercy, en vous inscrivant à la section Ulm, vous apprendrez à piloter des Ulm Classe 3 (Voir Brevet de Pilote d'ULm).  

Avantages et limites des ULM

Liberté de pratique
Contrairement à l'aviation certifiée pour laquelle la sécurité s'appuie en grande partie sur la certification des matériels et la surveillance des pilotes, la sécurité de l'aviation ULM repose sur la responsabilité des pilotes (comme pour toutes les actes de circulation aérienne) et sur la responsabilité du fabricant qui est seul garant du dossier technique déclaratif déposé auprès de l'administration.
Enfin, un autre intérêt de l’ULM en France réside dans le fait qu’il n’est pas obligé d’utiliser uniquement les aérodromes et peut utiliser des plates-formes permanentes (arrêté préfectoral) ou occasionnelles (accord du propriétaire et information préalable du maire).

Limitations :
- Vol de jour selon les règles du vol à vue (VFR) exclusivement
- Poids maximal (pilote, passager, bagages et carburant compris) limité à 450kg (475kg avec parachute).

Spécificités techniques :
- Légèreté : sensations de vol plus marquées qu'en avion ; sensibilité accrue aux conditions météorologiques.
- Faibles vitesses de vol possibles, rusticité de conception permettant l’usage de terrains modérément aménagés, très adapté à la promenade et à la photographie aérienne. Il existe des modèles d'ULM très haut de gamme aussi performants que des avions.
- Prix : coût d'acquisition, d'entretien et d'usage plus faible que pour l'avion certifié.

Sécurité
Le niveau de sécurité des ULMs est comparable à celui des autres catégories d'aviation de loisir. (Source FFPLUM)